Comment expliquer le sadomasochisme ?

Pour que deux sadomasochistes atteignent le plaisir sexuel, la douleur est un outil essentiel. De nombreux outils sont à la disposition des partenaires, notamment du bondage, des fouets et des fessées. Comment s’engager dans le sadomasochisme en toute sécurité. Un sadomasochiste a-t-il besoin de souffrir pour s’amuser ? Ce comportement sexuel controversé est mis en lumière.

Le sadomasochisme : définition

Le sadomasochisme n’est pas toujours une référence à des actes sexuels. Il traitait à l’origine de la personnalité des gens. Le sadisme est le désir de faire du mal à autrui, physiquement ou psychologiquement ; un sadique tire du plaisir (sexuel ou autre) de causer de la douleur à une autre personne. Pour plus de plaisirs, retrouvez votre cagoule sm auprès d’un expert. Le masochisme est une sorte de sadomasochisme dans lequel le sadique cherche activement des moyens d’infliger une douleur physique au masochiste. Quand un sadique et un masochiste se rencontrent, vous obtenez le sadomasochisme, qui implique naturellement une dynamique dominante-soumise.

Quelques paradoxes

Cela peut sembler contre-intuitif à première vue. Pour ce faire, il a réuni un groupe de switchers, une expression pour ceux qui sont capables d’infliger autant de douleur qu’ils peuvent en supporter. Après chaque rapport sexuel, les participants passaient un examen cognitif appelé le test de Stroop, dans lequel on leur montrait des connexions paradoxales telles que le mot « bleu » écrit en rouge.

Parce que le cerveau a du mal à déchiffrer la couleur lorsqu’elle est écrite dans une langue différente, ce test est souvent utilisé pour évaluer les prouesses mentales des participants.

Les volontaires ont également été invités à remplir des questionnaires sur ce qu’ils ressentaient à propos du « flux » lorsqu’ils se livraient à des rituels sadomasochistes. Lorsque les gens sont complètement immergés dans ces activités, ils entrent dans un état de «flux», caractérisé par une concentration et une euphorie accrues

.

Pratiques de sado

Il y a quelques notions à connaître sur la pratique de sadomasochisme, à savoir :

Abus physique et verbal intentionnel

L’amant a recours à de nombreuses méthodes pour s’infliger de la douleur. La douleur infligée peut être mentale ou physique. En ce sens, les insultes et les ordres sont tout aussi efficaces qu’une fessée ou un coup sur la tête.

Le sadomasochisme entraîne-t-il toujours de la souffrance ?

Longtemps considéré comme une pratique sexuelle non conventionnelle et désagréable, le sadomasochisme se concentre d’abord sur le fait d’infliger de la douleur au sadique. Cette sorte de sexualité libertine s’apprivoise à mesure qu’elle se démocratise ; la relation dominant-soumis est le seul ingrédient essentiel qui reste. Le sadomasochiste se soumet ou fait subir aux autres la douleur dans l’espoir de faire l’expérience d’une dynamique de pouvoir inégale.

Sexe avec un masochiste sadique : est-ce même possible ?

Le sadomasochiste autoproclamé ne s’engage dans sa forme d’expression sexuelle préférée que dans un cadre très particulier, dans lequel les partenaires changent de rôle et le maître devient l’esclave. Le contexte est exigeant puisqu’il implique l’utilisation de menottes, de martinets, de chaînes, de cravates, de masques et d’objets à insérer dans les orifices du dominant. Cependant, il existe plusieurs pratiques sadomasochistes qui peuvent être essayées afin de diversifier les plaisirs que l’on reçoit. Par exemple, une servitude douce peut entraîner du plaisir dans un cadre de soumission. De plus, avoir une relation sexuelle les yeux fermés est similaire à la pratique sado maso de mener la danse avec un seul partenaire, mais cela ne porte pas la même stigmatisation.

Le plaisir d’un sadique passe-t-il après la douleur ?

Il est courant de remettre en question l’orientation sexuelle d’un sadomasochiste, tout comme c’est le cas avec un fétichiste. Cette tendance est-elle le résultat d’une expérimentation naturaliste de la recherche du plaisir, ou le sadomasochiste a-t-il besoin d’éprouver de la douleur pour ressentir du plaisir ? En réalité, les perspectives des partenaires sadomasochistes font toute la différence dans le monde.

De manière sporadique, l’utilisation de SM légers pourrait pimenter votre vie sexuelle avec votre partenaire. Pour les couples qui se livrent exclusivement au sadomasochisme, cependant, il ne s’agit plus d’un jeu sexuel mais plutôt d’un moyen d’exprimer leur sexualité. Dans cette mesure, certaines personnes semblent incapables de séparer leur plaisir sexuel de leur douleur physique.

Sadomasochisme : quels sont les risques ?

Des précautions doivent être prises lors de la manipulation du besoin sadomasochiste de douleur. Une douleur extrême peut diminuer le plaisir de l’activité sexuelle et même poser des risques pour la santé des partenaires. A cet égard, il est essentiel que la relation sadomasochiste soit strictement encadrée. Afin d’éviter des douleurs insupportables, certains couples utilisent une formule verbale spéciale qui met immédiatement fin à la relation sexuelle lorsqu’elle est prononcée par le partenaire dominant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.